🕙: 2 min.
image_pdfimage_print

On entend parfois cette question : quelle est la prière la plus puissante ?
Cette formulation est certainement erronée, car elle conduit la pensée vers une formule magique, qui a un pouvoir sur Dieu, le forçant à répondre positivement à notre demande.
La question la plus correcte serait : Quelle est la prière la plus agréable à Dieu ?
C’est certainement celle que l’on fait avec tout son cœur, et pas seulement avec ses lèvres.
Mais comme bien souvent nous ne savons pas prier, de même que Jésus a enseigné aux apôtres le “Notre Père”, de même l’Église propose aussi des prières. Et elles ne sont pas choisies au hasard, mais trouvent leur origine dans l’histoire du salut, qu’elle soit biblique ou dans la vie des saints. Et en raison de leur grande valeur doctrinale, certaines ont été enrichies d’indulgences.

Mais qu’est-ce qu’une indulgence ?
Nous lisons dans l’Enchiridion indulgentiarum (Manuel des indulgences) cette explication :
“L’indulgence est la remise devant Dieu de la peine temporelle due pour les péchés, déjà effacés quant à la faute, que le fidèle, bien disposé et à certaines conditions déterminées, reçoit par l’intervention de l’Église qui, en tant que ministre de la rédemption, distribue et applique avec autorité le trésor des satisfactions du Christ et des Saints.”
Plus explicitement : il ne suffit pas d’avoir obtenu le pardon de sa faute dans le sacrement de la réconciliation, il faut réparer le dommage causé (car il y a un dommage, même s’il n’est pas immédiatement visible), réparation qui n’est pas toujours faite par la pénitence imposée par le confesseur.
Cela se produit également dans les relations humaines. Par exemple, si un journaliste a écrit des faussetés sur une personne, il ne suffit pas de reconnaître l’erreur, il doit la réparer, c’est-à-dire se rétracter. Ou si une personne a produit des destructions matérielles, il ne suffit pas de reconnaître la faute, elle doit réparer les dégâts. Ou si un voleur a reconnu son crime et reçu sa sentence, on lui demande de réparer le dommage, c’est-à-dire de restituer le bien volé. C’est un acte de justice, que l’on comprend très bien quand on en est la victime.

Les prières indulgenciées, si elles sont faites avec foi, nous obtiennent la rémission due aux péchés de façon partielle ou même plénière (elles nous libèrent en partie ou en totalité des peines temporelles). Saint Jean Bosco les tenait en haute estime et ne manquait pas une occasion de proposer non seulement des prières mais aussi des œuvres indulgenciées.

Nous proposons une liste de prières indulgenciées, en indiquant l’usage qu’on en fait, leur origine, l’endroit où elles se trouvent dans l’Enchiridion indulgentiarum (Manuel des Indulgences) et la source du texte. Le Seigneur veuille que ces prières nous aident à progresser dans la vie spirituelle.

Accède à la liste des prières et invocations en cliquant ICI.