🕙: 6 min.
image_pdfimage_print

“Quelle émotion… il y a un an, don Angel était avec nous !
C’est ainsi que nous avons commencé la célébration communautaire du dimanche 8 mai 2022. Il y a juste un an, notre Recteur Majeur était avec nous à Turin, à Michel Rua, pour célébrer les 100 ans de l’Œuvre. Et il était accompagné du maire de la ville !
Oui… 100 ans !

C’est au cours de l’été 1922 qu’un grand groupe de jeunes, l’Union des Pères de Famille et le Comité des Patronnes, sous la conduite du Père Lunati, ont inauguré l’Oratoire Michel Rua, avec ses salles, son église, sa cour, son école maternelle gérée par les FMA et son école de couture. La construction a été rendue possible grâce à l’aide de nombreux volontaires et au soutien de nombreux bienfaiteurs, au premier rang desquels le Pape Benoît XV avec sa généreuse donation de 10.000 lires. Depuis lors, l’œuvre ne s’est jamais arrêtée et s’est développée immédiatement après avec le théâtre et en 1949 avec l’école de formation industrielle, afin de préparer les jeunes au travail.
En 1958, la Communauté devient Paroisse, juste reconnaissance de l’œuvre religieuse et sociale que les Salésiens accomplissent à Borgo Monterosa depuis quarante ans ; dans les années suivantes, l’École Professionnelle devient Collège.

Maison salésienne de Monterosa, années 1960. Extérieur de la salle de jeux

Grâce à diverses contributions, à la volonté et au sacrifice des jeunes et des volontaires, dans les années 70, l’école maternelle a vu le jour, et en 1991, le gymnase et les nouveaux terrains de football. En 2008, avec la précieuse présence des FMA, l’école primaire s’est ajoutée et le groupe des Amis de la Crèche et de l’Atelier Maman Margerite s’est agrandi. Autant de pistes qui se sont ouvertes et qui ont permis aux enfants et aux jeunes du quartier de trouver un lieu sûr et accueillant, même dans les moments les plus difficiles, à commencer par la guerre, le fascisme… jusqu’à la fermeture pour cause de pandémie en 2020. Et même pendant la fermeture, nos Salésiens et nos FMA ont fait sentir leur présence avec des réunions en ligne, des chants sur les toits et des jeux organisés sur des plates-formes numériques.

Relire l’histoire de notre Oratoire nous donne des frissons… Un auvent, une cour et un hangar mis à disposition par un bienfaiteur dans un quartier populaire, où les enfants se rassemblaient dans les rues à la recherche de quelqu’un qui s’occuperait d’eux et les aimerait. C’est là que les Salésiens ont décidé de s’arrêter, d’être là, dans cette réalité si proche de celle de Don Bosco. Et puis encore : le Centre de Loisirs de Maman Marguerite le nombre d’enfants qui augmente et le toit qui ne suffit plus, la disponibilité de tant de pères et de mères qui offrent leurs compétences et leurs capacités.

Foyer salésien de Monterosa. L’équipe de football de Bandina, 1952

Tout a commencé en 1922 et c’est donc en 2022 que nous avons célébré notre premier centenaire. Cette année a été précieuse à bien des égards. Regarder l’histoire et voir combien de similitudes il y a entre le passé et notre vie quotidienne nous a donné un merveilleux élan d’enthousiasme. Aujourd’hui comme hier, les enfants sont à la recherche de ceux qui peuvent les aimer, qui, par leur présence quotidienne, peuvent leur témoigner de leur importance, de leur valeur. C’est pourquoi, à Michel Rua, nous avons les écoles maternelle, primaire et secondaire, le théâtre et la salle omnisport, la garderie en collaboration avec les services sociaux de la ville de Turin, le catéchisme et les groupes de formation. Beaucoup de choses pour les jeunes et les adolescents, mais aussi beaucoup de choses avec et pour les familles : Groupe Famille, Baby Rua, Jeunes Mariés, Groupe Evergreen, Atelier Maman Marguerite et Amis de Michel Rua.

Une telle réalité fonctionne parce que ceux qui la traversent la vivent comme leur Maison, comme leur Communauté. C’est pourquoi, à l’occasion du Centenaire, la Communauté Educative Pastorale a décidé d’entreprendre un voyage synodal, en lisant le territoire et en analysant les besoins pour essayer ensemble de donner des réponses et d’offrir des propositions aux nombreux jeunes qui franchissent aujourd’hui le seuil de nos cours.

Un voyage, celui du Centenaire, qui, les pieds bien ancrés dans le présent et l’histoire du passé bien présente à l’esprit, nous a interrogés sur l’avenir. Nous avons identifié les mots clés de notre être dans ce quartier et décidé de nous laisser guider par : famille, accueil, travail, formation, évangélisation et jeunesse. Autour de ces pierres angulaires, nous avons posé les bases pour redémarrer et remettre tout le monde sur les rails pour le bien des jeunes qui franchissent la porte de l’Oratoire. Dans le ” nouveau ” Michel Rua, il y a maintenant un Maker Lab pour la couture, la menuiserie, la robotique et la création de vidéos, où les enfants et les jeunes peuvent avoir une expérience d’atelier, afin qu’ils puissent apprendre en faisant. Dans les ateliers installés au premier étage, des bénévoles expérimentés offrent leur temps pour aider les enfants à s’exprimer, en essayant de travailler ensemble sur un morceau de bois, avec le pyrographe ou la scie à métaux, ou sur un morceau de tissu avec une aiguille et du fil. Mais ce n’est pas tout : il y a aussi des salles de classe en plein air pour nos écoles et un potager éducatif qui offre des haricots verts et des tomates aux enfants qui s’occupent à tour de rôle de leurs semis.
Dans un quartier multiethnique et diversifié comme le nôtre, la priorité a toujours été accordée aux familles les plus pauvres. C’est pourquoi, avec notre paroisse, en plus des services caritatifs habituels consistant à payer les factures de gaz ou à offrir un sac à provisions, deux nouveaux projets importants ont vu le jour : Ami Click, pour offrir des outils utiles à ceux qui éprouvent des difficultés à entrer dans le monde numérique, comme la création d’un courrier électronique ou la réservation d’un médecin en ligne, et Ami Speak, pour que tous les nouveaux arrivants puissent connaître la langue italienne et l’utiliser correctement.

Et, avec l’élan du centenaire, nous ne nous sommes pas contentés de réinventer aujourd’hui ; nous sommes en mouvement pour l’avenir proche. Nous réfléchissons à la manière de restructurer les locaux de l’ancienne Bocciofila, qui a été désaffectée pendant un certain temps, afin d’être une présence de plus en plus active dans la région, répondant aux besoins d’aujourd’hui. Nous voulons reprendre l’idée de la “Start-up industrielle” de 1949 et étudier un Work Hub moderne pour les jeunes qui ne peuvent pas suivre des parcours structurés et continus ; nous voulons être présents pour tous les enfants qui ne peuvent pas “s’intégrer” à l’école, en particulier à cause des effets laissés par les périodes d’enfermement, et créer ainsi un centre postscolaire professionnel offrant des méthodes d’étude, un accompagnement pour les familles et des services individualisés. Et, comme l’a voulu Don Bosco, nous sommes déterminés à relancer toutes les activités liées à notre théâtre : musique, danse, théâtre. Nous commencerons par monter une nouvelle comédie musicale qui enthousiasmera les enfants et fera ressortir leurs talents.

Aujourd’hui, dans nos cours, plus de 100 enfants jouent tous les jours, nous avons plus de 500 enfants inscrits à des activités sportives et 200 à des activités de formation à l’art oratoire. Nous avons les groupes d’enfants du catéchisme et au moins 50 enfants par semaine qui viennent aux activités parascolaires. Nous avons plus de 520 enfants inscrits dans nos écoles et 20 qui fréquentent chaque jour notre garderie. Lorsque nous nous réunissons pour manger lors de la Fête de la Communauté, nous préparons plus de 500 plats de polenta et de ragoût… et puis beaucoup d’inscrits à l’Été des enfants, aux camps d’été à la mer et à la montagne.

Tout cela est possible grâce aux Salésiens et aux Filles de Marie Auxiliatrice qui sont là inlassablement, chacun servant avec sa facette et sa disponibilité. Grâce aux innombrables animateurs, bénévoles qui vivent nos cours comme s’il s’agissait de leur propre maison et ne s’absentent jamais pour rendre les services les plus divers.

Foyer salésien de Monterosa. Activités avec les garçons, 2023

Merci aux employés qui croient en leur vocation et ne franchissent pas le seuil pour faire leur travail. Merci aux institutions locales qui conseillent, suggèrent et travaillent en réseau. Merci aux nombreux bienfaiteurs qui ne manquent pas de soutenir les nombreuses dépenses. Merci aux familles qui continuent à croire en l’alliance éducative qui peut se créer entre adultes pour le bien des enfants. Merci à ceux qui nous ont quittés mais qui continuent à veiller sur nous et à garder nos activités.
Merci surtout à Marie Auxiliatrice, à Saint Dominique Savio, à Don Bosco et à Mère Mazzarello qui nous guident, nous bénissent et nous comblent de grâces.

À l’occasion du centenaire, nous avons demandé à ceux qui étaient passés par ici de nous raconter un morceau de leur vie à Michel Rua, et 100 belles histoires nous sont parvenues, pleines d’émotion et de passion. Et bien, dans toutes ces histoires, il y a le souvenir de quelqu’un, prêtre, religieuse, animateur, catéchiste… qui a offert un morceau de sa vie pour les autres dans notre Œuvre. C’est pourquoi Michel Rua est ainsi, une présence vivante dans le quartier de la Barriera di Milano.

Pour en revenir à la première phrase de notre histoire, nous avons célébré dimanche la fête de la Communauté à l’occasion du 101ème anniversaire de la fondation de l’Œuvre, et comme l’a dit notre provincial, nous avons encore beaucoup à fêter… et comme le dalmatien de l’histoire de Walt Disney, plein d’énergie et d’enthousiasme, nous sommes partis pour la CHARGE des 101 !

Un volontaire.