🕙: < 1 min.
image_pdfimage_print

Un soir, deux touristes qui se trouvaient dans un camping au bord d’un lac décidèrent de traverser le lac en barque pour aller prendre un “dernier verre” au bar de l’autre rive.
Ils y sont restés jusqu’à tard dans la nuit, vidant un bon nombre de bouteilles.
Lorsqu’ils sortirent du bar, ils titubaient quelque peu, mais ils réussirent à prendre place dans la barque pour entreprendre le voyage de retour.
Ils ont commencé à ramer d’un bon pas. Transpirant et soufflant, ils ont lutté durement pendant deux heures. Finalement, l’un dit à l’autre :
– Ne penses-tu pas que nous aurions déjà dû toucher l’autre rive depuis longtemps ?
– Bien sûr, répondit l’autre, mais peut-être n’avons-nous pas pagayé avec assez d’énergie.
Les deux hommes redoublèrent d’efforts et ramèrent résolument pendant une heure de plus. Ce n’est qu’à l’aube qu’ils se rendirent compte, étonnés, qu’ils étaient toujours au même endroit.
Ils avaient oublié de détacher la solide corde qui attachait leur bateau à la jetée.


Combien de personnes s’agitent et se tracassent toute la journée sans parvenir à quoi que ce soit, car elles ne se libèrent pas vraiment des liens et des habitudes gluantes.

P. Bruno FERRERO
Salésien de Don Bosco, expert en catéchèse, auteur de plusieurs livres. Il a été directeur éditorial de la maison d'édition salésienne Elledici. Il est le rédacteur en chef du journal italien 'Il Bollettino Salesiano', en version imprimée.